Articles récents

Catégories

Blogoliste


« | Main | »

Pour la CFDT : « Traiter le plus urgent d’ici l’été »

By Corinne DAVID | juin 11, 2009

reunionA l’issue de la première séance de négociation sur « la gestion sociale des conséquences économiques de la crise sur l’emploi », 3 questions ont été posées au secrétaire national de la CFDT Marcel Grignard, .

Mercredi 10 juin s’est tenue la première séance de négociation entre partenaires sociaux sur « la gestion sociale des conséquences économiques de la crise sur l’emploi ». Qu’en est-il ressorti ?

Le point essentiel, c’est que nous avons acté la tenue de deux séances avant l’été – le 24 juin et le 8 juillet – pour traiter le plus urgent. C’est d’une part le chômage partiel : les modalités d’accès et les contreparties exigées des entreprises, en particulier en matière d’accès des salariés aux formations qualifiantes. L’objectif, c’est de maintenir, autant que faire se peut, le lien contractuel du salarié avec son entreprise et dans le même temps d’augmenter le niveau de compétences des salariés. Second sujet à aborder, dans cette urgence, la situation spécifique des plus impactés par la crise : les jeunes, les seniors, les demandeurs d’emploi en fin de droits.

Et au-delà de l’urgence ?

Sur ces deux points, il est souhaitable qu’on débouche très rapidement sur des mesures concrètes d’ici l’été, au plus tard pour la rentrée. Ensuite, on attaquera le dur : la sécurisation des parcours professionnels d’une part et, d’autre part, les moyens de maîtriser et de faire reculer la flexibilité. Pour la CFDT, cela inclut les compétences transférables, la bonne utilisation des moyens de revitalisation sur les bassins d’emploi, les modalités de recours aux différentes formes de contrats et la durée du travail.

Au regard de cette première séance de négociation, le patronat semble-t-il avoir pris la mesure de l’ampleur de la crise ?

Si on en juge par le calendrier de négociation, le patronat se met enfin à aborder les sujets d’urgence. C’est un changement d’attitude qu’il nous faut acter, tout en restant très vigilants, car nous n’avons aucune visibilité sur ce que sont les véritables intentions patronales.

Propos recueillis par Aurélie Seigne

Topics: La CFDT, Nos salaires - notre pouvoir d'achat | No Comments »

Comments are closed.