Articles récents

Catégories

Blogoliste


« | Main | »

Le 19 mars, mettre la pression pour un vrai changement de cap

By Corinne DAVID | février 25, 2009

cfdt1Face à l’ampleur de la crise, les 2,65 Md€ de mesures proposées par le chef de l’État, lors du sommet social du 18 février, marquent une réelle inflexion, mais sont loin d’être à la hauteur. Une inflexion obtenue par l’action syndicale en appui à des propositions concrètes mais représentant à peine 0,14 point de PIB pour un timide coup de pouce à la consommation.

Si ces dernières mesures annoncées ne vont guère changer la donne économique globale, elles auront en revanche un impact non négligeable sur le quotidien de nombreux salariés. La suppression des deux derniers tiers de l’impôt sur le revenu 2009 ou un crédit d’impôt touchant six millions de foyers fiscaux, l’indemnisation du chômage partiel porté à 75 % du salaire, une prime exceptionnelle de 500 € pour les demandeurs d’emploi justifiant entre deux et quatre mois de travail… pour beaucoup, ces aides seront les bienvenues.

La création d’un fonds d’investissement social piloté par une cellule de veille tripartite – revendication de la CFDT – ouvre le chemin d’un processus qui permet la construction d’une vraie dynamique en matière de qualification et de professionnalisation pour conforter les emplois d’aujourd’hui et construire ceux de demain.

Sont essentielles les discussions à engager sur la répartition des profits proposée par le président de la République ou, comme nous le revendiquons, pour mettre en œuvre une nouvelle gouvernance des entreprises qui associe les représentants des salariés aux choix stratégiques des entreprises et aux modalités de production et de répartition des richesses. Mais ce débat rencontre une hostilité fortement exprimée par le Medef. Ce n’est pas une surprise sur le plan idéologique, mais c’est inquiétant quant à sa capacité à prendre en compte la nature de la crise économique et financière. Comment peut-il ignorer à ce point combien les « impératifs financiers » ont entraîné de dérives dans la gouvernance des entreprises ? Il n’a pas non plus compris le sentiment d’injustice et la colère des salariés victimes de ces dérives qui se sont exprimés le 29 janvier.

Pourtant, ce signal d’alerte social lancé par plus de deux millions de salariés exige une autre attitude. C’est bien pour cette raison que nous maintenons la mobilisation du 19 mars pour amener le patronat sur le terrain de réformes profondes, mais aussi pour mettre la pression sur le gouvernement. Celui-ci doit accentuer son inflexion et apporter des réponses significatives en matière d’emploi privé et public, de soutien aux rémunérations des plus fragiles et de réduction des inégalités.

C’est le sens de la déclaration intersyndicale du 23 février dans laquelle nous appelons avec les sept autres organisations syndicales à faire entendre ces revendications.

Marcel Grignard, secrétaire national de la CFDT

(mis en ligne le 24/028/2009)

Topics: Accueil, AGENDA, La CFDT, Nos salaires - notre pouvoir d'achat | No Comments »

Comments are closed.